Couverture n°161

Numéro 161 — printemps 2021

Écrire. Lire. Créer des liens.

Une revue a toujours à voir avec des communautés mises en tension.

En ces temps cruels, comment s’étonner que la question du lien social soit au cœur des textes de ce numéro ?

Le second texte de notre auteure en résidence, Lise Vaillancourt, donne le « la », en quelque sorte : le deuil du « soi » ferait entrevoir celui de la communauté. Kevin Lambert se demande : « Peut-on former communauté en littérature ? », et « refuse (…) un deuil de la communauté ». Le « je » des « Chants du jardin » d’Hugues Corriveau raconte un désir de survivance du « soi » qui se réalise dans le devenir entraperçu des « os que je plante » et des gestes refaits. Le temps est un espace habité par le texte. Le soi se manifeste aussi dans le temps. 

Sommaire

Auteure en résidence

Lise Vaillancourt

« Le chant de la tortue »

Essai

Kevin Lambert

« Peut-on former communauté en littérature ? »

Poèmes

Hugues Corriveau

« Chants du jardin »

Marc-André Lavoie

« Le tailleur »

Laurence Bertrand

« Sept juillet deux mille sept »

Françoise Roy

« Souvenir du futur »

Suite trifluvienne

Danielle Fournier

« Présentation »

Isabelle Dumais

« Blanc-persiste »

Denise Simone Côté

« Rafales rue des forges »

Renée Deslauriers

« D’où tu viens il f aisait froid »

Ariane Gélinas

« À tout jamais soleil »

Louise Lacoursière

« Ce dimanche-là »

Théâtre

Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent

« Frais virés »

Benjamin Pradet

« L’automne des meurtres »

David Paquet

« Pop-corn »

 

Récits

Thomas Desaulniers-Brousseau

« Funérailles »

Binéka Danièle Lissouba

« Jacqueline, le saumon »

Oumy Aubert Sow

« Métisse »

Claudine Potvin

« L’atelier d’écriture : l’art d’écrire une nouvelle »

Portfolio

Henriette Valium

Henriette Valium n’est pas une femme et son œuvre ne fait pas dans la dentelle. Artiste majeur issu de la contre-culture montréalaise, il œuvre en marge de tout courant artistique depuis plus de quatre décennies. Il est le premier grand auteur de bande dessinée alternative au Québec. Son style provocateur, glorieusement surchargé, hallucinogène et rayonnant de somptueux excès l’a maintenu à l’écart des structures officielles et conventionnelles de l’art et de la bande dessinée.

Liste des œuvres reproduites dans le numéro

2  3   Librairie « Le-Monte-en-l’Air » Paris, 2008, photographe inconnu  130   « Poulin pop » Collage imrimés sur carton encre et acrylique 40 x 50 cm, 
6 – 

Extrait du livre de bédé 

« Princesse Brune » Encre et aquarelle 

 

131  

2009 

« Un pauvre vieillard» Encre et 

  sur papier, 33 x 50 cm, 2002    imprimés sur carton 20 x 30 cm, 
10 –  « Adam et Eve » Encre et aquarelle sur papier, 68 x 124 cm, 1992 

 

132  

1992 

« You’re a fishm» Aquarelle et encre 

14 –  « You’re a fish  portrait 01 » Encre et aquarelle sur papier, 55 x 91 cm, 

 

133  

sur papier 60 x 91 cm, 1985 

« Célébrisées  portrait de Mme Lilian 

  1984    D. G. » Collage encre et gouache sur 
16 –  « Magic Oly Loopy » Montage numérique d’après un travail de 

 

134  

imprimés, 21 x 27 cm, 2015 

« Portrait de Dominique Hendley » 

  sérigraphie, 7 x 16 cm, 1998    Collage imprimés sur cartons, 
26 –  « Les deux fillettes » Affiche, collage numérique, 16 x 24 cm, 2001 

 

135  

65 x 85 cm, 2020 

« Karl » Projet de tableau, huile sur 

35 –  « Fist Raid – Advanced Theory » Sérigraphie, collage numérique, 

 

136  

carton, 76 x 91 cm, 2021 

« Poulin pop » Collage gouache, encre 

  9 x 13 cm, 2011    et acrylique sur imprimés, 40 x 25 cm, 
39   « Les Héritiers du Rêve » Sérigraphie No 1 » 60 x 91 cm, 2000 

 

137  

2011 

« Princesse Neefuk » Collage imrimés