retour au sommaire


NICHOLAS GIGUÈRE

Suite mythologique
(jetable)


 

je ne suis pas Perséphone
tu ratisses les ombres
ton nom peut s’avérer dangereux
lorsqu’il est prononcé par ma voix

mes bras tissent des trous
et le réel n’est pas plus gros que
les mots des êtres
entassés dans la neige
prononcés dans un couloir

je ne suis pas la femme tatouée
aux yeux de verre

pas celle / que tu crois

 

je ne suis pas Apollon
jamais été plus séduisant
que les orifices interdits
et ils ne comprennent pas
que deux et deux ne font pas toujours quatre
comme cet homme qu’on montre du doigt
les yeux bandés
et qui doit retrouver son chemin
à travers le néant sphincter
non je ne suis pas Apollon
et pourquoi me poser cette question
si la réponse se cache sur le bout de votre langue
ou dans le bottin téléphonique de 2002

 

je ne suis pas Poséidon
s’il parle
c’est que l’écume lui monte à la tête
traverser la mer en guise de représailles
au carrefour blindé
pour connaître la neige qui déchire
le visage
la solitude qui crampe les êtres
il s’abreuve
des raisons invoquées
mais je chemine jusqu’à la mer
comme ferait le pèlerin
de la dernière seconde




 
 
 
2017 © revue littéraire Les écrits design : les crédits