retour au sommaire


JEAN-GUY PILON

Le dernier regard


 

Au bout du sentier il n’y aura plus d’arbres ni de maison.

Je fermerai les yeux sur les années, les villes et les jours,
                                                                  sur les amours.

Ce sera une fin de nuit qui n’aura pas de fin, ou peut-être
                                                               un matin de pluie.

Ce sera après l’été, quelque part en automne quand la
                                                      lumière devient blanche.

Les visages ne seront plus qu’ombres ou pâle fumée entre
                                                                 révolte et néant.

Je regarderai loin, très loin, vers la nuit sans espoir, ou
                                                                peut-être ailleurs,
encore plus loin, dans les mirages confus de la baie de
                                                                  San Francisco.

Je n’aurai été qu’un signe à peine esquissé à la fragile
                                               surface de l’eau sans mémoire.




 
 
 
2017 © revue littéraire Les écrits design : les crédits