retour au sommaire


BENOÎT JUTRAS

Les auréoles


1.

Pourquoi la terreur est un repas de joie
qui fume à en laver mon âge
je ne le dirai pas
c’est le matin des x pâles
comme une phrase pour pénitent
je me rappelle au bas ordre de dire
je suis la pulpe et l’aveu
d’un soleil qui veut la guerre.

 

2.

Je suis ici sans demander pardon, avec la forêt en forme de requiem que j’avale, je nourris mes nerfs. Je n’ai qu’une couleur pour vivre et elle me mâche comme un astre d’homme. C’est moi l’état de tous les états et je n’ai pas de solitude, j’ai une géométrie à douze reflets dans ma tête de ciguë, ma tête de gel, et chaque jour je joue à ne plus jamais bouger. J’offre ma bouche au sort et mon corps aux radiations. Je fais l’amour au calme plat.




 
 
 
2017 © revue littéraire Les écrits design : les crédits