Martin Bureau est originaire de Saint-Ubald, au Québec, et a grandi à Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean. Il vit et travaille à Saint-Jean-de-l’île-d’Orléans, près de Québec, et est représenté par la galerie Lacerte art contemporain. De nombreuses expositions solo lui ont été consacrées et il a participé à plusieurs expositions collectives, notamment à la Manif d’art 7 de Québec, à la Biennale de vidéo et des nouveaux médias de Santiago au Chili ou encore à la galerie Nicolas Metivier de Toronto. Ses tableaux sont présents dans de nombreuses collections publiques et privées, dont celles du Musée national des beaux-arts du Québec, de la Ville de Montréal, de la Caisse populaire Desjardins et de Loto-Québec. En 2003, il a remporté le prix Videre remis par la Ville de Québec pour son exposition La dérive des surfaces à la galerie Lacerte. En 2009, il a coréalisé le documentaire Une tente sur Mars, qui fut en nomination au prix Jutra et aux Rendez-vous du cinéma québécois pour le documentaire de l’année. En 2013 il a coréalisé son deuxième long métrage documentaire, Playa Coloniale, qui a reçu une mention spéciale du jury au festival Vues sur mer à Gaspé. Par la peinture, la vidéo, l’installation et le documentaire, il élabore un univers critique dans lequel les notions géopolitiques sont prépondérantes. Il s’intéresse notamment à la colonisation et aux chocs des systèmes et poursuit présentement des recherches picturales autour des notions de catastrophe et d’entropie. Il entraîne le spectateur dans un univers post-apocalyptique où la réalité et la fiction se confondent. Ainsi dans la série From China with Love, produite à la suite d’un voyage en Chine, il aborde de façon métaphorique le thème de la surconsommation et de ses effets pervers en liant hypermodernité et tradition.

Diaporama d'œuvres de l'artiste projeté au cours du lancement du 143e numéro des Écrits (fragment)




 
 
 
2017 © revue littéraire Les écrits design : les crédits