retour au sommaire


MARTINE AUDET

Un nid de vœux


 

Des bouquets ardents, l’hiver, qui s’étale, ébloui. Je peux glace sur la peau, langue ainsi révélée, à l’autre bout du ciel, des âges et des montagnes. J’attends ce qui m’attend. J’ignore les lames et toute mémoire avec des cordes ou l’os du cou.




 
 
 
2017 © revue littéraire Les écrits design : les crédits